Certains médecins moins efficaces que d’autres ?

Les dysfonctionnements sont assez répandus dans le processus de traitement des patients. Une récente étude met en avant des problèmes d’organisation qui peuvent parfois coûter la vie aux patients.

Trouver le meilleur medecin

SANTE. – Le système de santé français est envié dans de nombreux pays. Des statistiques montrent que de nombreux citoyens des pays limitrophes viennent dans l’hexagone pour profiter des soins franco-français. Comme le rapporte le Point, les citoyens du monde entier viennent profiter des compétences de nos médecins considérés comme étant dans les meilleurs du monde. Cette symbiose entre un système collectif et des compétences très avancées font la renommée de notre système présenté comme le meilleur du monde par l’urologue Didier Legeais.

Notre système de soins est le meilleur au monde ! Il n’est pas étonnant que l’on vienne de loin pour en bénéficier … Les Sénégalais débarquent en Charter à Roissy pour suivre une chimiothérapie à l’hôpital Saint-Louis, les Chinois viennent se faire enlever la prostate, les insuffisants rénaux des pays de l’Est affluent en car pour profiter d’une dialyse.

Didier Legeais, Urologue à Grenoble

Le professeur de Grenoble rappelle à la fin de son intervention auprès du Point qu’un problème persiste par rapport à cette tendance. En effet, de par son système c’est la France qui finance la plupart de ces interventions. Un problème de taille à l’heure où la mondialisation des soins se démocratisent à cause d’une inégalité flagrante d’un pays à l’autre.

Les conséquences de cette immigration sanitaire

Depuis 2000, l’Aide médicale d’Etat (AME) permet à toute personne présentant un justificatif de résidence de 3 mois et un revenu inférieur de 637€ par mois de bénéficier d’une couverture de 100% de tous les soins, comprenant les opérations et les maladies graves. Cette mesure systémique est idéale mais représente un vrai gouffre financier pour la France et englouti des centaines de millions d’euros tous les mois. Ce sont les impôts du contribuables qui passent à la trappe. Une mesure à revoir d’après les députés et les responsables hospitaliers.

Par ailleurs ce genre de mesure entraînent des surcharges dans le système. Les conséquences financières sont douloureuses mais elles ne sont pas les seules notables. En effet, une étude récemment publiée par le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » met en avant les carences organisationnelles dans le secteur de la santé français. L’étude montre que 3% des actes des médecins généralistes sont des « événements indésirables associés aux soins » ou (EAIS), en d’autres termes des erreurs.

Sur ces 3%, près de la moitié sont dus à des problèmes d’organisation au sein du cabinet (42% exactement). Le reste est partagé entre les problèmes de communication entre généralistes et spécialistes (21%) et, plus grave, le manque de compétences (20%) et quelques autres facteurs. Un danger donc pour les français et l’espérance de vie du système qui est aujourd’hui tenu à bout de bras par les contribuables.

Conséquences donc ? Des accidents voire des décès (1 décès indirect du à une erreur d’organisation durant l’étude) et près de 2 milliards de dépenses pour l’AME. Le système est poussé à bout et ne peut supporter la charge organisationnelle. Il est donc urgent de réagir. Les politiques des deux bords sont au courant du danger mais aucune mesure n’a encore été prise pour réguler la situation. Tandis que le FN demande la suppression définitive des cette réforme, les autres bords se réfèrent à la Sécurité Sociale et demande une restructuration de la facturation.

Comment trouver le meilleur médecin ?


LES AVIS SUR LES MÉDECINS DE CHEZ VOUS

Dans cette optique, on s’interroge donc sur la qualité des soins qui sont prodigués par les généralistes autour de chez nous. Font-ils partie des pratiquants faisant des EAIS à cause d’un manque de compétence ou peut-on leur faire confiance ? Difficile de répondre à cette question sans avoir davantage d’information. En attendant que le système s’auto-régule et que la pression organisationnelle et financière diminue, comment s’orienter vers les meilleures services sans dépenser une fortune ?

Première solution,  les avis des internautes en ligne. Certes, le milieu des avis n’est pas tout rose et les normes AFNOR sont encore à des années-lumières d’être intégrée sur le web. Cependant, en faisant attention et en recroisant ces sources, il est possible d’obtenir de bonnes informations sans avoir à consulter son entourage.
Les sites comme Les Bons Choix Santé ou encore NoteTonDoc sont d’excellentes plateforme relayant des avis sûrs dans la plupart des cas. Pas certifiés mais assez nombreux pour trouver ce que l’on cherche. Ils permettent en quelques clics d’avoir un aperçu de la réputation des médecins autour de chez soi.

Au cas où la visibilité des médecins de votre ville soit nulle ou quasi nulle sur le web 2.0, il est toujours possible de demander un avis au Conseil National de l’Ordre des Médecins. Passage obligé des nouveaux médecins, cet ordre reçoit toutes les plaintes et accumule toutes les informations sur eux. Ces informations sont accessible sur demande pour les particuliers. Cela prends du temps mais ce processus a l’avantage d’être plus sûr que les avis sur le net.

En dernier recours, si vous n’avez pas d’informations d’après les avis sur les médecins en ligne et que le CNOM ne fourni pas d’information tangibles capables de vous donner une idée sur l’intégrité professionnelle et les compétences d’un médecin vous pouvez vous orienter vers un autre médecin ou alors tenter l’expérience puis recourir à un second avis médical pour confirmer ou infirmer l’avis du premier médecin. Cette expérience est plus longue mais s’avère enrichissante pour la communauté car vous pourrez alors proposer votre avis sur les sites d’avis dans le secteur de la santé et ainsi aider les prochains intéressés.

Source : Le Point, Le Monde

 

 

 

Speak Your Mind

*