3 points importants concernant l’externalisation du recrutement et des services RH

On remarque que l’externalisation gagne de plus en plus de terrain. En effet, il a été prouvé qu’aujourd’hui, plus d’une entreprise sur deux fait appel à des prestataires extérieurs pour la gestion de ses ressources humaines. Il faut savoir qu’avec le développement incessant du monde des entreprises, la gestion du personnel nécessite de plus en plus de connaissances approfondies. C’est pourquoi il s’avère nécessaire de faire appel à des experts en la matière. [Read more…]

Travailler dans un call-center : quelles formations suivre ?

L’émergence des centres d’appel ou call centers, est une réalité. Chaque année, près de 50 plateformes sont créées dans ce secteur d’activité en France, selon le magazine Le Parisien. [Read more…]

Après le Bac S, quelles études choisir ?

C’est bien connu. L’obtention d’un Bac S permet l’ouverture de nombreuses filières. Qu’elles soient scientifiques ou non, qu’elles mènent vers de longues ou de courtes études, en université ou dans une école… Le choix le plus difficile sera de se poser la bonne question : vers quel métier se diriger ?

La plupart des bacheliers diplômés d’un Bac S s’oriente principalement vers des études de chimie, de l’ingénierie, du droit, des sciences sociales ou encore de l’économie et du management. Un large panel de possibilités donc, qui peuvent se poursuivre dans des milieux d’études divers : la classe préparatoire, la licence en université, le DUT, le BTS ou encore les grandes écoles.

Tour d’horizon des filières scientifiques

La classe préparatoire scientifique reste la filière privilégiée des bacheliers scientifiques (prépa MPSI, prépa PCSI, prépa PTSI, prépa BCPST). Après deux années, les meilleurs éléments entreront en grande école d’ingénieurs et tenteront l’ENS (Ecole normale supérieure). D’autres bacheliers choisissent d’entrer dans un cursus de médecine. Les filières médicales attirent beaucoup de jeunes chaque année (pharmacie, éducation spécialisée). Parmi elles, la formation en optique parvient à séduire plusieurs candidats après un Bac S.

Le BTS Opticien lunetier à l’ISO

Ouverte pour les bacheliers scientifiques, le diplôme de BTS Opticien Lunetier permet d’avoir un statut d’alternant et de découvrir la profession en cours, et à la fois en entreprise. Deux années sont nécessaires afin d’obtenir le diplôme. Pendant deux jours par semaine, les étudiants sont en cours à l’ISO. Le reste de la semaine, ils sont à l’œuvre dans un magasin d’optique. Cela nécessite des compétences en terme de gestion du temps et d’organisation personnelle. Au sein de cette formation, le taux de réussite est de 96% à l’ISO. En terme d’environnement de travail, les étudiants ont également plusieurs choix pour réaliser ce BTS : Paris, Lille, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Rennes ou Toulouse sont les villes dans lesquelles sont implantés les centres de formation ISO.

Les formations en alternance

Option professionnalisante, l’alternance séduit de plus en plus de jeunes à la sortie du lycée. Entre les cours théoriques et l’application pratique en entreprise, l’alternance promet un équilibre confortable pour l’étudiant et équivaut à un tremplin dans le monde professionnel. Les opportunités, à la fin d’une année d’alternance, sont décuplées, ainsi que le réseau.

Si le rythme de l’alternance et la durée de la formation diffèrent selon les filières et les établissements, l’acquisition de compétences est signifiante et permet d’accélérer l’intégration du jeune dans son métier.

Autre point positif : les frais de scolarité sont généralement pris en charge par les organismes de formation. Pour son travail en entreprise, le jeune reçoit, en règle générale, un salaire. Deux types de contrats peuvent être exercés en alternance : le contrat de professionnalisation et le contrat d’apprentissage.Si les possibilités sont nombreuses pour l’orientation après un Bac S, le BTS Opticien lunetier promet des débouchés dès la sortie du diplôme, grâce à l’alternance.

Comment se préparer au TOEFL ?

Le TOEFL (Test Of English as a Foreign Language) est un examen indispensable pour entrer dans une université à l’étranger, pour intégrer le master d’une école de commerce ou encore pour être recruté dans une grande entreprise. C’est un document qui en effet vise à certifier le niveau d’anglais de la personne qui le passe. Il est indispensable de bien s’y préparer pour le réussir.

[Read more…]

Comment intégrer une école de commerce ?

Intégrer une école de commerce en étant salarié

Depuis quelques années, les grandes écoles ont compris l’intérêt de se rapprocher des entreprises et de proposer à leurs salariés des possibilités de formation. C’est le cas des écoles de commerce qui désormais ne rechignent plus, bien au contraire, à accueillir au sein de leurs rangs des étudiants déjà en emploi. Ces derniers sont bien souvent âgés de plus de trente-cinq ans, allant même jusqu’à la cinquantaine pour certains. Le marché de la formation continue étant en pleine expansion, il n’est désormais plus aussi difficile d’intégrer la grande école de ses rêves alors qu’on est déjà sur le marché du travail.

Accéder à une école de commerce après trente-cinq ans

Il existe de plus en plus d’écoles de commerce proposant des formations destinées à des salariés en entreprise. Que l’on souhaite simplement développer ses compétences, entamer une reconversion ou plus généralement évoluer au coeur même de son emploi, des actions sur mesure vous sont offertes par les écoles en question. Il serait parfaitement erroné de croire que ces formations ne s’adressent qu’aux cadres. Tous les profils de collaborateurs sont les bienvenus et peuvent prétendre à retrouver les bancs de l’école. Cela peut être une excellente occasion de maintenir son employabilité, en développant de nouvelles connaissances ou en les actualisant. Envisager une promotion ne doit pas être l’unique vecteur du retour à la case études. Harmoniser son savoir, étoffer ses compétences tout en s’offrant davantage de crédibilité sont des points généralement fondamentaux et qui peuvent pousser un salarié à franchir les portes d’une école de commerce.
La durée de la formation peut extrêmement varier, suivant la nature du contexte et des objectifs que se sont fixés le salarié. Allant de quelques semaines à quelques mois, voire carrément même dépasser une année, il n’y a pas de règles précises.

Bien connaître les différents dispositifs de formation

La période de professionnalisation est un dispositif qui s’adresse aux salariés en contrat à durée indéterminée ou en contrat unique d’insertion. Il a pour but de favoriser le maintien des salariés dans leur emploi ou de leur offrir des perspectives d’évolution professionnelle. Le dispositif est basé sur l’alternance, c’est à dire entre des enseignements théoriques et l’activité professionnelle. Il est mis en oeuvre à l’initiative du collaborateur ou de l’entreprise. En général, les actions de formation ont lieu pendant le temps de travail. Dans ce cas, le salarié conserve l’intégralité de sa rémunération mensuelle et continue de bénéficier de la législation sur les accidents du travail et les maladies professionnelles.

Le Congé Individuel de Formation ou CIF est quant à lui un dispositif qui permet au salarié de suivre une formation, pendant un an à temps plein ou pendant mille deux cents heures à temps partiel. Le statut de salarié de l’entreprise est conservé. Il est accessible pour les salariés en contrat à durée déterminée ou indéterminée, à condition de disposer, entre autres, d’au minimum deux ans d’expérience. En CDI, il faut de plus avoir effectué au moins une année dans l’entreprise où l’on travaille actuellement. Intégrer une école de commerce pendant un an, par le biais du CIF, est par conséquent une option très intéressante pour le salarié. La formation permet de suivre un enseignement très pointu sur le marketing, la finance ou encore le management en entreprise. Un excellent moyen pour développer de nouvelles compétences ou pour entamer une reconversion.

Il existe actuellement, en France, trente-cinq formations en école de commerce, en CIF. Une offre relativement substantielle qui tend à se développer, mettant en avant l’importance de la formation continue dans notre société à l’heure actuelle. De quoi envisager sereinement ses projets en matière d’évolution professionnelle.

Pourquoi reprendre ses études ?

Reprendre ses études: les raisons et les alternatives possibles.

Plusieurs raisons peuvent amener une personne à interrompre volontairement ou non ses études, coupant court à ses projets et ses ambitions. Visiblement bien installé dans sa vie professionnelle et personnelle, cette personne peut être confronter à un moment ou à un autre, aux limites de son niveau intellectuel, ressentir un manque ou avoir tout simplement un sentiment d’inachevé. Il existe aujourd’hui de nombreuses possibilités qui permettent d’envisager une reprise des études à l’âge adulte.

[Read more…]

Comment devenir chauffeur de taxi ?

 

Portrait of happy chinese taxi driver in yellow car smiling and looking at camera

 

Pour exercer la profession de conducteur de taxi, il faut obligatoirement être détenteur de ce diplôme : le Certificat de Capacité Professionnelle du Conducteur de Taxi (CCPCT).
Ce diplôme s’obtient après la réussite à un examen officiel. Le CCPCT est ensuite délivré par la préfecture du département où le professionnel de la conduite exercera son métier.

Conditions préalables d’accès à la formation

Pour obtenir le CCPCT, il faut remplir les conditions suivantes :

Être âgé d’au moins 21 ans.
Cet âge minimal correspond à 3 années de conduite consécutives à l’obtention du permis B, dans l’hypothèse où l’on a obtenu son permis à 18 ans. Lors de ces années de conduite, il faut absolument ne pas avoir commis d’infraction ou de délit grave (conduite en état d’ivresse, sous l’emprise de stupéfiants etc).

Passer une visite médicale.
C’est obligatoire. Le métier de conducteur de taxi peut être plus éprouvant qu’il n’y paraît (travailler en horaires décalées, les Week-end, les jours fériés, stress, fatigue lors des longs trajets etc). Il est donc préférable d’être en bonne condition physique.

Avoir un casier judiciaire vierge.
Vous pouvez demander un extrait de votre casier judiciaire très rapidement, en ligne, sur un site comme celui du service public (service-public.fr) par exemple.

Avoir un diplôme de secourisme.
Le diplôme de secourisme minimal requis est le PSC1 : la formation Prévention et Secours Civiques au niveau 1.

La formation préparant à l’examen

Pour obtenir le CCPCT, il faut réussir un examen comportant des épreuves théoriques ainsi que pratiques. L’examen se divise en deux parties : une à l’échelle nationale, l’autre, départementale. Ainsi, la formation préparant à cet examen porte sur les acquis des savoirs fondamentaux et sur les aspects pratiques du métier de conducteur de taxi.

Le programme pour l’Admissibilité (nationale) porte sur la règlementation relative aux taxis et transports de personnes, la sécurité routière, la gestion, et la consolidation de l’apprentissage du français. L’anglais est optionnel.
Concernant l’Admission (valeur locale), le programme se limite à la conduite d’un véhicule de type taxi ainsi qu’au repérage. Quelques heures sont consacrées à l’étude du comportement en situation professionnelle.

La formation dure de 200 à 400 heures (suivant les centres de formation). Cette durée s’étale sur une période allant de 3 à 6 mois, selon les possibilités et les disponibilités du candidat. La formation est dispensée dans un centre de formation, lors de différentes sessions collectives ou à titre individuel avec le statut de candidat libre.

Le coût de la formation de taxi est de l’ordre de 2000 euros TTC. Ce coût se justifie notamment par les moyens pédagogiques mis à disposition de l’élève pendant la formation.

L’examen délivrant le CCPCT

Les épreuves de l’examen portent, naturellement, sur les savoirs acquis et/ou consolidés pendant la formation. Ainsi, ces épreuves valident les connaissances et les compétences suivantes :

Pour l’Admissibilité : la connaissance et la maîtrise de la langue française, la règlementation de la profession au niveau national, les éléments de base de la gestion, les connaissances approfondies du code de la route et de la sécurité routière.

Pour l’Admission : connaissance topographique, règlementation à l’échelle locale, connaissances des principaux itinéraires, conduite d’un véhicule de type taxi, capacité à mémoriser les adresses, connaissance des bâtiments publics, des monuments, des endroits touristiques…
NB : L’examinateur analyse et évalue également le comportement du candidat mis en situation pratique.

 

Les 7 faits ignorés par les professionnels concernant le digital marketing

À l’ère du digital, de nombreux marketeurs n’ont pas encore pris conscience de l’évolution du marketing et de l’emprise du digital. L’École Supérieure de Publicité (ESP) a parfaitement saisi les enjeux du changement, et afin de s’adapter aux nouvelles exigences du marché, a créé l’ESD, une école de communication qui allie digitale et marketing.

Retour sur les différents points exploités par cette école et toujours ignorés de la plupart des professionnels.

[Read more…]

Le monde extraordinaire de la publicité et du marketing

ecole-publicite

Dans notre monde actuel les métiers de la publicité et de la communication sont devenus indispensable. En effet, pour vendre tout bien de consommation il est nécessaire de communiquer surtout lorsque la concurrence et la compétitivité internationale est plus que jamais existante. Celle-ci oblige les entreprises à s’adapter et à évoluer vers de nouvelles stratégies de développement, de nouvelles méthodes de fidélisation de la clientèle… Autant d’éléments indispensables pour communiquer sur l’image d’une entreprise et pour vendre un produit.

[Read more…]

Conseils pour travailler dans la publicité

Il n’y a pas un seul jour sans que l’on soit confronté à la publicité, elle est partout à la télé, dans la rue (métro, abribus, panneaux publicitaires dans la rue…), à la radio, dans les magazines, sur internet… Bien qu’elle puisse agacer certaines personnes, elle fait rêver des étudiants qui aimeraient être derrière la création et en faire leur métier.

publicité

Panneau de publicité

[Read more…]